La perfection réside dans l’équilibre !

Publié le 24 juillet 2021 - Permaculture

Il est aussi noble de tendre à l’équilibre qu’à la perfection ; car c’est une perfection que de garder l’équilibre.” – Jean Grenier

La chose la plus compliquée dans nos vies quotidiennes est de gouter au juste milieu, à l’équilibre des polarités, et surtout de la maintenir. La forêt naturelle est l’exemple même de cette perfection. Encore faut il savoir l’observer, la préserver, et s’en inspirer. La permaculture est un modèle vertueux permettant le respect de l’environnement, de l’humain, et du Vivant.

L’association CWEST a à coeur de former ses jeunes et leurs familles, à ce juste équilibre. Pour prendre soin de la santé de ses sportifs, attirer leur attention sur les gestes pour eux mêmes, et pour leur environnement. Aujourd’hui, à la ferme urbaine, je poursuis mon apprentissage de la permaculture, avec Abdel Zibar comme formateur. Un passionné, un maître en la matière, par sa transmission de connaissance, d’expérimentation. Riche de simplicité et d’humilité ! Il a commencé par nourrir son association RicheTerre, et poursuit son chemin de partage avec Environnements solidaires. Je suis pleine de gratitude pour cette semaine d’enseignement. Je poursuis le chemin du LIEN au VIVANT, dans toutes ses facettes.

Dans le langage des oiseaux, riche terre, c’est aussi Richter ; Ca vous dit quelque chose : l’échelle de Richter ! Cette échelle mathématique crée par les sismologues, pour mesurer l’activité sysmique des sols. Le plus époustouflant … « c’est que les lombrics sont les organismes vivants les plus improbables, à nous signaler les tremblements et mouvements de la terre.«  Alors si demain vous observez que tous les vers de terre sont à la surface, prenez vos jambes à votre cou, et fuyez dans les hauteurs, pour vous mettre à l’abri ! Si vous pensez aux lourds tracteurs qui viennent labourer la terre, vous imaginez bien que les vers de terre n’ont pas envie de rester, dans une terre pleine de vibrations et compactée. Car on l’a déjà vu, c’est eux qui aérent nos sols, qui les travaillent si nous sommes assez intelligents pour leur favoriser le travail. Et c’est là, que les techniques de permaculture entrent en jeu.

Le compostage : un véritable apprentissage

On ne s’improvise pas dans le compost. J’ai essayé maintes fois d’improviser le compostage, et cela a été très décevant et décourageant.

Dans un premier temps, j’ai essayé le bioseau fermé sur ma terrasse, avec les déchets de la cuisine.

1ere expérience – tout se liquéfie, développe une forte odeur, et attire pleins de moucherons. Mes enfants en ont eu tellement marre, qu’ils ont fini par passer l’aspirateur au plafond, pour aspirer les nuées d’insectes ! Vous imaginez bien que j’ai abandonné.

2ème expérience – lorsque j’avais un jardin familial, j’ai amoncelé les déchets, recouverts de tontes de pelouses, mis du carton, amené des feuilles Mais il était tellement haut, que je n’ai jamais réussi à le retourner. Moralité : j’ai obtenu la terre tassée du fond, et pas de dégradation, Par contre, tous les inconvénients déjà cités, de mouches et d’odeur. Le bac à compost a fini par servir de rangement pour l’outillage.

L’art de componere – Azote et carbone

Mais je n’avais pas compris les règles de base, et la théorie sous tendue à l’art de componere (composter en grec) : agglomérer, mélanger, varier les apports.

Comme pour notre organisme humain, la terre a besoin de variété et de diversité pour être dans l’équilibre. Elle a besoin d’humidité, et de chaleur. Elle a besoin d’équilibre aussi entre les matières sèches et les matières humides. Et c’est là que la balance s’opère entre les déchets azotés, et les déchets carbonés. Ni trop de légumes qui se liquéfient et produisent 90% d’eau. Ni trop d’os, de copeaux de bois. Le mélange est important. Il faut régulièrement aérer, oxygéner

En médecine chinoise, ce n’est pas pour rien que notre système digestif est relié à l’élément Terre, situé au centre du yin et du yang. La terre garantit l’équilibre de notre système immunitaire. Un microbiote intestinal débalancé amène une cascade inflammatoire interne, que des générations peuvent se transmettre si une modification des habitudes n’est pas entrepris. Cet élément produit le QI, et assure l’équilibre du méridien Rate/ Pancréas. Il est accompagné d’un élément très important, qui est le METAL, associé au système respiratoire. Sans respiration, le Qi ne serait pas parfaitement oxygéné, et ne pourrait apporter toute sa vitalité au corps. L’oxygène participe à l’alcalinité de l’organisme.

Il faut donc trouver un juste équilibre pour que le PH soit suffisamment stable, et permettent à différents organismes vivants de s’installer, pour décomposer les matières organiques. L’équilibre acido basique que la naturopathie vise en permanence à rééquilibrer. La magie c’est qu’on peut rééquilibrer le Ph d’un compost, par un élément magique : les coquilles d’oeufs broyées.

Quels organismes vivants permettent de dégrader nos déchets organiques ?

En 1ère ligne : les bactéries – elles défragmentent, défont les amas – C’est la première mastication des aliments, à l’aide de nos dents. Si nous leur facilitons le travail, nous devons multiplier les surfaces de contact, en fragmentant nos déchets.

En 2ème ligne : Les champignons – le mycélium s’installe dans les fibres, sous forme de filaments étendus, et les liquéfient.

En 3ème ligne : Les vers de terre, et plus précisément les épigés, viennent se nourrir des légumes, fruits et autres déchets de nos cuisines. Pour transformer le végétal en minéraux. Je m’extasie devant la morphologie des epigés. Ils ont comme moyen de protection le mucus, couche externe, lisse et humide. C’est vrai que si observez les vers de terre, ils ne sont jamais salis par la terre. Leurs anneaux composés de 8 soies chacun, leur permettent de se déplacer comme sur des ventouses. Ils s’orientent dans la couche supérieure de 30cm de la terre, et vers la nourriture.

Une alternative : le lombricompostage

N’ayant pas de jardin, cela m’a vraiment donné envie de me lancer dans le lombricompostage.

  • Pour passer de la théorie à l’action.
  • Pour alléger nos poubelles, et ne pas se trouver avec du jus de déchets.
  • Pour alléger nos factures lorsque la redevance incitative sur nos déchets sera effective dans toutes les communes.

Environnements solidaire vend des composteurs, et organise aussi régulièrement des ateliers pour en fabriquer. En collaboration avec Atlantique Habitation, ils expérimentent un lombricomposteur collectif à Carquefou, avec les locataires. En Suisse, l’expérience des lombricomposteurs dans les logements est mis en place depuis plusieurs années. Voici un Article intéressant de 2011 ;

Nous sommes vraiment en retard sur cette réflexion, et nous peinons à changer nos habitudes de vie. Dans certains quartiers, nous devons toujours ramasser les déchets jetés sur l’herbe. Parfois même ce sont des poubelles jetées du haut de l’immeuble, car on a la flemme de descendre au local poubelle. Dans notre société d’obsolescence programmée, il est temps de modifier nos comportements. Car prendre soin de la TERRE, c’est Réfléchir à nos déchets. Les recycler, les réemployer, les valoriser !

C’est une chaine vertueuse dans laquelle l’homme a tout à gagner. Il transforme ses végétaux en minéraux, avec l’aide de tous les autres organismes vivants. Il applique des techniques de permaculture, de butte, de lasagne … pour son potager. Et produit de l’autosuffisance en légumes de qualité, riches en nutriments. Il favorise son microbiote intestinal, nourrit son système immunitaire, fortifie sa vitalité. Assure à sa descendance, un capital génétique solide. Ainsi, se crée une interdépendance des éléments, une collaboration, des encouragements à travailler ensemble, et à instaurer une certaine perfection dans l’équilibre. Les virus n’ont plus qu’à se tenir éloignés d’une terre en bonne santé.

Sources d’inspiration : Abdel Zibar, formateur en permaculture – Environnements solidaires – Association Cwest –

A LIRE AUSSI