Le sureau : rêveries sur le bourgeon de mon coeur

Publié le 5 mai 2021 - Au fil des saisons, Sylvothérapie

C’est toujours un plaisir, de retrouver la clique des herboristes françaises, pour cette expérience partagée de découverte sensorielle d’une plante. Aujourd’hui, nous rencontrons le Sureau. Cet arbuste a longtemps été source de doute pour moi. Quel est le sureau comestible ? Sambucus nigra, sambucus canadensis. Ces sureaux sont des arbres, ou arbustes ligneux. Ils produisent du bois. Alors que le sureau yèble (hièble), est une herbacée, qui peut être très haute, mais reste verte, sans bois. C’est le moment de la floraison à Nantes. Les ombelles blanches, de nâcre, sont tournées vers le ciel, vers le soleil. Elles dégagent une odeur envoutante, qui lui ont valu l’appellation de Vanille des pauvres.

la flute enchantée

Pour moi, c’est un refuge, un abri, pour les oiseaux de passage. Il est juste à côté de ma fenêtre de bureau. Et j’entends les moineaux, les grives et les merles, chanter leur joie. Je vois les tourterelles roucouler leur amour, cachées derrière les feuilles, pour plus d’intimité. Ses feuilles ont un petit découpage en dents de scie, sur les rebords. Sa tige, ligneuse, contient une moelle tendre. Elle était creusée pour toute sorte d’utilisation : de la sarbacane, au tison, au crayon, à la baguette magique. On l’appelait l’arbre à flûte ! On en fait des flûtes de pan, en Russie.

Aujourd’hui, il pleut, après 2 mois de soleil, de vent, de froid, et de sécheresse. Plutôt une situation rare dans notre région bretonne. Le bambou de ma terrasse est déjà tout sec, tout jaune. C’est comme si l’été était déjà passé. Et qu’on accueillait l’automne. Une pluie et humidité bénéfique, pour recharger nos nappes phréatiques. Elle est vraiment la bienvenue !

Tout commence par une méditation.

Un temps d’introspection, mené avec douceur, par Axelle Moreau. Je sens dans ce moment, une tension dans mes épaules, mes omoplates, et plutot l’arrière du dos. Je viens de finir un article sur mon passé d’éducatrice, et mon implication auprès des jeunes. Je suis heureuse de trouver l’harmonie, et de voir que le fil de mon histoire, se poursuit. J’ai préparé mon infusion. Et gardé une fleur pour l’observer, et la croquer.

Je sens d’abord la fraicheur de la fleur, qui envahit chaque branche de mes poumons. Une odeur pénétrante, profonde, sucrée, enveloppante. Elle me fait penser au jasmin, à l’éveil de la sensualité. Elle pourrait devenir entêtante, voire enivrante. Je sens des pétillements dans le dos.

Le parfum des sureaux en fleur rend fou. Quiconque s’endort à l’ombre de ces arbustes à cent plateaux d’ombelles blanches quitte les contrées organisées de la raison pour les espaces confus du rêve. Les bourdons et les cétoines, toxicomanes connus des services de la police, viennent compulsivement alimenter leur cauchemar sur ces fleurs pentamères, qui exhalent des molécules de délire.**

Ensuite, je croque la fleur, je la mâche, je la mastique. Elle vient se poser sur le bourgeon de mon cœur : le bout de ma langue. Une fois encore, c’est une sensation douce, et puissante, amenant une inspiration profonde, et l’ouverture de la poitrine. Une diffusion , un rayonnement, le long de mes bras. Je sens mon corps se déposer dans le réconfort et la sécurité.

Les voies respiratoires appellent l’oxygène. Le coeur, le cerveau et le système nerveux en général demandent à ressentir le moment présent dans toute sa douceur. La Peau désire s’ouvrir plus en douceur au vent et à de vastes espaces aériens. C’est une pulsion intérieure vers l’autolibération. ***

L’infusion, a l’odeur d’un thé fleuri, fumé. Je ressens en moi, des vagues de frissons dans le dos, le flux et le reflux. Une circulation, jusqu’à mes oreilles, que j’entends siffler. La pulsation douce, et puissante à la fois, des battements de mon cœur. Je sens maintenant, mon nez me chatouiller. Ma gorge racler. Comme si je faisais un nettoyage lymphatique, profond. Une purification.

Christophe Bernard, praticien en herboristerie dans le sud de la France apprécie cette fleur subtile. Voici en résumé, ce qu’il nous en dit : Elle est diaphorétique … les capillaires se dilatent, les pores de la peau vont s’ouvrir et ceci va stimuler la transpiration – Elle semble faire circuler et évacuer les fluides bloqués – elle va stimuler les défenses immunitaires.****

C’est une jolie danse, une belle ondulation, qui commence. Comme les dervish tourner, avec leur robe blanche. Une spirale qui m’enveloppe les épaules, qui tourne de gauche à droite. Un mouvement subtil, une vibration presque spirituelle, vertigineuse. Monica Blackhall, notre charmante chef d’orchestre, me rappelle que nous l’avions déjà choisie. Et que j’avais déjà eu cette sensation d‘entrer en contact avec l’inaccessible et le sacré. Je n’ai pas fini d’explorer cette merveilleuse compagne !

On dit que c’est la fleur des fées. En les faisant macérer avec du sucre et du citron, on obtient une merveilleuse limonade, champagne des fées.

Mais que racontent les études récentes sur le sureau ?

Une méta-analyse récente sur l’utilisation du sureau pour la grippe et le rhume a abouti à la conclusion suivante :« La supplémentation en sureau a entraîné une réduction visible des symptômes des voies respiratoires supérieures. Ces constatations permettent d’envisager une alternative à l’utilisation abusive d’antibiotiques pour les symptômes des voies respiratoires supérieures causés par des infections virales et une alternative potentiellement plus sûre que les médicaments d’ordonnance pour les cas routiniers de rhume et de grippe.» **

Et si c’était une solution à quelques problèmes actuels ?!

Sources d’inspiration : Luminessens.org -Yves Paccalet, dans son magnifique « Journal de nature » intitulé L’Odeur du soleil dans l’herbe Hawkins* – J., et autres. « Black elderberry (Sambucus nigra) supplementation effectivelytreats upper respiratory symptoms: A meta-analysis of randomized, controlled clinicaltrials. »Complementary Therapies in Medicine,Vol. 42 (2019): 361–365** – Christiane Beerlandt, auteure de La Symbolique des aliments, la corne d’abondance*** – Altheprovence.com****