L’eau pour plus de fluidité et d’acuité intellectuelle

Publié le 3 octobre 2021 - Paroles de plantes

Dans les moments de doute, ou de questionnement, d’embourbement, j’aime revenir près de cet élément de l’eau. Un plongeon dans l’océan atlantique, une contemplation au bord de la Loire, une immersion dans un bassin, me donne cette sensation d’être nettoyée de toutes mes impuretés, de tout ce qui m’encombre, et alourdit mon être. Après un bain, je me sens lessivée. Comme si j’étais passée dans la machine à laver. Mon corps et mon esprit retrouve directement le chemin de la détente et du rien. Juste être dans l’instant présent. Ma peau me remercie par sa douceur. Les traits de mon visage se lissent, et mes paupières se ferment. Elles m’invitent à glisser au centre de moi même.

Soyez comme l’eau qui sait s’adapter aux différentes conditions de l’environnement. Solide, liquide ou gaz, l’eau reste l’eau. Et même si son progrès est ralenti, ou même si elle est soufflée, éloignée de sa trajectoire, l’eau garde sa destination en tête et continuera son chemin.

Les mouvements doux de ma tête me font prendre conscience des cristaux dans mes cervicales. Comme du sable dans un engrenage. Cette tête lourde, cage d’un cerveau en ébullition, centre des commandes émotionnelles, sensorielles, intellectuelles. Imaginez le comme une noix dans son cercle de bois. Des circuits, des points de contact, des connexion. Des zones grises, blanches, rouges. Gorgées et entourées d’eau pour éviter le frottement avec l’ossature. Des muqueuses qui ont besoin d’être hydratées et huilées, pour bien fonctionner. Des récepteurs qui ne doivent pas être encrassés pour pouvoir recevoir l’information, et activer la réponse. Tout un réseau de communication, dans laquelle la fluidité amène l’éveil, l’acuité, l’intuitivité. Il est appelé le cerv-EAU. Les neurones et autres cellules de notre cerveau sont en grande partie composés d’eau et ne peuvent fonctionner en son absence ; C’est la source de vie ! Quand elle se tarit, elle assèche nos fonctions cognitives, et ralentit nos réactions aux stimulis.

Soyez comme l’eau qui prend son temps. Le plus grand ami de l’eau est le temps. L’eau sait qu’en cent ans elle ne peut pas accomplir grand-chose, mais qu’en dix mille ans, même les roches les plus dures cèderont. Bien que l’échelle soit différente, il en demeure de même pour vous. En une année vous n’irez pas bien loin, mais avec de la persistance et de la patience, votre progrès sera remarquable.

Alors qu’en est il, quand ces récepteurs sont obligés de se multiplier par l’hyperstimulation. C’est l’overdose. Ils ne parviennent plus à filtrer l’information, à faire du tri, pour activer les bonnes réponses. Le cerveau s’emballe sous l’effet de l’alcool, du sucre, de la nicotine, de la caféine, de la glutamine, de la cocaïne, de l’héroïne. Il ne parvient plus à trouver les réponses du bien-être et du bonheur. Car il a augmenté ses récepteurs, et il a besoin de sa dose, pour se calmer, rêver, s’illusionner. C’est un cercle infernal … il en veut toujours plus ! Il devient addict à toutes ce substances de paradis illusoires, le déconnectant de sa réalité. L’hyperactivation enflamme les neurones, assèche les circuits. C’est une descente lente vers la fatigue chronique, l’inflammation généralisée, la dépression, le mal être, la mauvaise appréciation de soi, et du monde. Progressivement il oublie, il ne sait plus communiquer, il tombe dans l’apathie. Il incite à rester au lit, ou à se cacher derrière ses écrans.

Soyez comme l’eau qui ne s’obstine pas. Quand dans son cours l’eau rencontre un obstacle, elle passe autour, ou elle s’accumule et finalement, passe par-dessus. L’eau prend le chemin le plus facile. Donc, même si un obstacle semble insurmontable, il y a surement une autre voie. N’ayez pas peur de prendre le chemin qui semble le moins direct s’il vous mènera à votre destination plus rapidement.

L’eau peut réveiller les cerveaux anesthésiés. Par une hydratation profonde et régulière des cellules, elle charrie en nous les bons minéraux, vitamines et oligoéléments, et conduit hors de nous, les toxines et déchets accumulés. L’eau est source de vitalité. Elle nourrit, et éveille. En médecine chinoise, l’eau est associée à l’hiver. Elle est celle qui permet la concentration, la conservation de la vitalité dans les Reins . Notre énergie est maintenue en adaptant la dépense à la réalité de notre constitution. Rester au chaud, se reposer, s’hydrater recharge notre batterie en profondeur. Les exercices de respiration, d’oxygénation en plein air, de méditation accompagne ce mouvement d’accumulation positive. L’apport de vitamineD, d’omega3, de légumes verts chargés de vitamines et de minéraux alimentent notre métabolisme. Cela tombe bien ! Au jardin, c’est la période des choux, des poireaux, des épinards, des blettes. C’est aussi le moment, pour cueillir les jeunes pousses d’ortie qui ressortent de terre après l’été. Préparez les en infusion, en soupes, en gratins, en pestos. Elles vous apporteront un cocktail de minéraux bénéfiques pour votre santé.

Soyez comme l’eau qui est bonne à tout. L’eau, dans son parcours, bénéficie à tout ce qu’elle rencontre. Les poissons y trouvent leur maison. Les arbres la pompent par leurs racines afin d’atteindre le ciel, les animaux la boivent pour vivre. Même les bactéries et les virus ne pourraient pas exister sans l’eau. Vous aussi, soyez une source de vie, de bonheur et d’amour pour tous ceux et celles que vous croiserez dans votre chemin.

Sources d’inspiration : Jeremy Wright, student.unifr.ch – système nerveux, cours école floramedicina –