Vos remèdes de grand mère

Pommade de ficaire: calmer les hémorroïdes

La ficaire, Ranunculus ficaria, communément appelée fausse renoncule, est comme le bouton d’or de l’hiver. C’est la première fleur qui s’épanouit sur les bords de rivière ou les terrains humides. Elle envahit l’espace par ses feuilles vertes, en forme de coeur. La fleur s’ouvre le matin, et se referme le soir. Elle fait de même selon l’humidité et les nuages. C’est un baromètre naturel! Ses racines, en forme de bulbilles, ont inspiré la théorie de signatures de Paracelse, en la nommant l’herbe aux hémorroïdes. Ou plus grivois: « testicules de coq » en Hollande, ou « couilles de prêtre » en Yougoslavie. C’est cette partie qui nous intéresse pour réaliser notre pommade de ficaire, pour apaiser les hémorroïdes. Voici la recette:

Ingrédients

– Racines de ficaire

– Huile de coco (une à deux cuillères à café)

Préparation

– Après avoir récolté les racines de ficaire, les faire sécher pendant quelques jours, puis presser fortement pour récupérér la sève (arriver à 1 ou 2 cl).

– Faire fondre l’huile de coco au bain marie, bien mélanger et attendre que cela durcisse.

Savoir repérer une crise d’Hémorroïdes

Parfois confondue avec la fissure anale, la crise d’hémorroïdes se distingue cependant par certains symptômes typiques :

  • saignement de l’anus pendant ou après les selles,
  • petite protubérance au niveau de l’anus, sensible au toucher,
  • douleurs légères ou intenses type brûlures pendant la selle et/ou en position assise.

Posologie

– Appliquer sur les hémorroïdes, 2 fois par jour, le temps de l’inflammation.

La ficaire dans l’alimentation

En Allemagne, elle est appelée « l’herbe au scorbut » pour sa richesse en vitamine C, et sa consommation en période de disette. A consommer avant floraison!!!
Toxique à l’état adulte, la ficaire a été mangée crue (feuilles au goût acidulé et légèrement épicé) et cuite à l’état jeune. Les feuilles jeunes ne sont généralement pas excessivement âcres, mais consommées seules, elles laissent parfois une sensation de picotement dans la gorge en raison de la présence de proto-anénomine. En Europe, les gens recouvraient la plante de vieilles feuilles ou de sciure de bois au début du printemps, ce qui les faisant blanchir, empêchant la synthèse de chlorophylle et de proto-anémonine. De même, les tubercules cuits à l’eau salée fourniraient un plat, parait-il assez fin. La dessiccation détruit également la protoanémonine qui se transforme en anémonine, substance non vésicante. 

Source: wikipedia.org

Plante bio indicatrice: nitrophile

Elle indique un engorgement du sol en eau avec une matière organique d’origine principalement végétale qui se décompose mal. Le sol s’asphyxie.