Emmanuelle Guilbaudeau,

Herboriste Thérapeute

à Nantes au Solilab.

MON CURSUS

je suis Phytologue- herboriste, herboriste thérapeute, avec des pratiques de  naturopathie.

Après plusieurs années de travail social, et de vie en ville, j’ai choisi de revenir à mes racines, et d’emprunter le chemin de mes grands parents. J’ai étudié avec l’école canadienne FLORAMEDICINA, et petit à petit, j’ai mis des changements en place dans ma vie. J’opte pour une alimentation saine et vivante. Je gère mon stress par la pratique du yoga, de la marche, des massages. Je bois de l’eau. J’observe les signes de déséquilibres et je prends les plantes adéquates pour maintenir ma santé et mon énergie vitale.

MES VALEURS

J’essaie de vivre dans la joie, la positivité, dans la gratitude, la satisfaction, le partage, et je m’extasie devant la beauté de notre monde, et les nombreuses ressources biodisponibles. Il me tient à coeur  de les préserver, et de vous encourager à le faire. J’accueille mes émotions, je découvre les besoins qu’elles dévoilent, et j’ajuste mon quotidien.

J’ai plaisir à partager ces connaissances avec vous, avec l’espoir de contaminer la planète d’énergie positive, et de plantes formidables.

Rendre accessible au plus grand nombre les médecines alternatives, la psychologie positive, l’herboristerie,  les outils de la naturopathie, sont des priorités. C’est la raison pour laquelle je m’inscris dans l’économie sociale et solidaire, et que les bureaux sont installés au Solilab.

CODE de DEONTOLOGIE de la Guilde des Herboristes

ACCOMPAGNEMENT

Je vous propose un accompagnement collectif ou individuel à travers différentes propositions:

–  Accompagnement individuel en phytothérapie, relaxation, aromathérapie

– Accompagnement collectif : Bains de Forêt, Ateliers RESSORT

Formation en herboristerie et pratique traditionnelle chinoise et ayurvédique

L’HERBORISTERIE en France

En France, le métier d’herboriste a disparu avec la suppression du diplome en 1941, sous le régime de Vichy dirigé par le Maréchal Pétain. Hé oui… Nous sommes toujours soumis à cette réglementation alors que les demandes de soins au naturel et par les plantes sont de plus en plus nombreuses. Dans les années 80, des écoles d’herboristerie sont nées, afin de maintenir la formation à la reconnaissance et l’usage des plantes. Pour autant, le cadre légal ne permet toujours pas d’exercer officiellement comme phytothérapeute, cette approche étant réservée aux médecins. En Espagne, en Allemagne, en Italie, au Luxembourg, en Belgique, et dans la majorité des pays européens, l’herboriste peut vendre ses plantes, les préparer, et les conseiller. L’exception française réserve cette pratique aux pharmaciens et aux laboratoires pharmaceutiques. Le commerce des compléments alimentaires a pris la place dans les magasins bio des sacs de plantes et des tisanes. Au Canada, l’école Floramedicina et la guilde des herboristes enseigne une pratique thérapeutique aux herboristes, proche de la naturopathie, et de la phytothérapie.