L’huile d’ail au service des maux de l’automne

8th octobre, 2017 / plantes, santé / No Comments

Vous commencez à ressentir des frissons, à avoir besoin de porter des chaussettes, à avoir envie de vous réchauffer près d’un bon feu de cheminée. Et oui… c’est l’automne!

En médecine traditionnelle chinoise, l’automne est relié à l’élément METAL, froid et tranchant, à l’énergie descendante du yin, et aux organes des poumons et du gros intestin. Cela ne vous parle pas? Que ressentez vous pendant cette période? Le désir d’être un peu plus à la maison, sous la couette, l’envie de faire du rangement, de faire de la place. Vous avez un peu plus besoin de solitude, de faire le point sur vous mêmes, de vous recentrer sur vos besoins, voire même de la mélancolie.

Du point de vue physiologique, l’air frais et humide vous chatouille le nez. Vous commencez à avoir le nez qui coule, les bronches sensibles, la gorge qui gratouille.

Toute la sphère respiratoire est fragilisée. N’hésitez pas à manger plus de plats chauds, des purées, des soupes…  à ajouter des épices comme le gingembre, Zingiber Officinale, la Cannelle, Cinnamomum zeylanicum, le piment, Capsicum annum, le poivre, Piper nigrum. Si vous sentez que vous avez attrapé froid, en arrivant au travail, faites vous un bonne infusion de gingembre. Cela vous réchauffera en profondeur, et ne laissera pas la maladie s’installer. Ou un jus d’orange chaud, dans lequel vous infuserez cannelle, clou de girofle, et badiane (selon votre goût).

L’ail, Allium sativum 

Pour ceux qui supportent sa puissante odeur, l’ail est un remède de premier choix. L’allicine, composé organo souffré, « est un puissant anti bactérien à large spectre, aussi puissant que les antibiotiques. Il agit très rapidement, se disperse dans le corps, et est éliminé par les voies respiratoires. Il agit sur les staphyloccoci, les bacilles, les Echerichia, les pseudomonies, les vibrios, les mycobastéries, les candida albicans » (Materia medica, floramedicina)

Il est stimulant, antiseptique, bactéricide, hypotenseur, expectorant, fébrifuge, vermifuge. 

Il prévient les maladies infectieuses par ses actions antispasmodique, antiinfectieuse, et fluidifiante des sécrétions.

ATTENTION!! A éviter en grande quantité en début de grossesse (action emménagogue) – Puissant fluidifiant sanguin. Ne pas prendre 2-3 jours avant une chirurgie, faire attention en cas de prise d’anticoagulant – Attention à l’hypoglycémie et l’hypotension –

La meilleure façon de le prendre, c’est CRU!! On peut prendre de 2 à 10 gousses d’ail dans une journée. Bien sur, l’écoeurement peut vite arriver. Alors une bonne recette, c’est de l’écraser, de le mettre dans un verre d’eau tiède, et d’ajouter du miel. A boire, en machant les petits morceaux qui restent au fond du verre.

Quoi de plus efficace que nos bonnes vieilles recettes de grand-mère!

Caroline Gagnon dans cette vidéo, vous guide pour réaliser une huile d’ail! A appliquer sur la plante des pieds (prévention du refroidissement), derrière les oreilles (otites), ou sur le torse (bronchites).

 

 

 

 

 

 

 


Leave a Comment